Just another article

Benjamine ou enfant unique ?

Dernièrement, je lisais un article très intéressant d’une amie sur son blog sur son expérience en tant qu’aînée de sa fratrie. Et cela m’a donné envie de vous partager mon expérience en tant que petite dernière. 

Pour lire son article, il suffit de cliquer sur ce mouton : 🐑

Tout d’abord, il faut que je place un peu le contexte. Dans ma fratrie nous sommes 4 enfants dont je suis la benjamine. J’ai 3 grands frères, Manu, Gaël et Gaby, avec qui j’ai respectivement 16, 14 et 11 ans d’écart. Donc autant vous dire que j’ai peu de souvenirs de nous trois vivant ensemble à la maison. Mes deux frères aînés sont partis « tôt » de la maison et le dernier quand il était à la maison ressemblait plus à un ermite. Vivant la nuit et dormant le jour. Pour l’anecdote, il avait même accroché des bois de cerf au-dessus de la porte de sa chambre et la pièce était toujours très sombre avec un rideau ne laissant pas passer la lumière. Et l’odeur… Bref, on ne va pas parler de l’odeur… Mais c’était digne d’une grotte d’ermite !

Je suis donc venu au monde, 11 ans après le troisième garçon. Mes parents m’attendaient impatiemment. Ils avaient tellement désiré avoir une petite fille, qu’ils m’ont donné le prénom de Nathanaëlle signifiant don de Dieu. Je ne reviendrai pas là-dessus, car j’en ai déjà parlé dans mon article sur mon prénom.

Je ne sais pas comment ma venue a pu chambouler la vie de mes frères. Mais pour moi, petite dernière, ils m’ont tous les trois apporté admiration, fierté, savoir, émerveillement, confiance, échappatoire et aussi solitude. De par notre différence d’âge, je me suis rapidement retrouvée seule à la maison avec mes parents. J’ai donc plus vécu comme une enfant unique, et de ce fait j’ai beaucoup souffert de solitude. J’aurais aimé avoir un frère ou sœur qui soit proche de mon âge. Ces liens, que certains enfants pouvaient avoir avec leur frère/soeur, j’en étais très envieuse. J’aurais aimé avoir quelqu’un à qui raconter mes secrets, avec qui me disputer, qui me défendrait ou que je défendrais devant nos parents, un/e partenaire de bêtise (même si sûr se point on trouve facilement avec ses amis). Mais par-dessus tout, j’aurais aimé avoir quelqu’un qui me protège à l’école. Cette torture que tout enfant est obligé de subir. Et je pense que ma vie aurait été très différente si je n’avais pas été seule à ce moment. (Mais on s’éloigne du sujet là !)

Mes frères m’ont chacun apporté des choses différentes et des influences dans ma vie, et pour ça je les remercie infiniment. Je pense que c’est pour cela que jamais je n’ai voulu être première de la fratrie. Ma position de benjamine me convenait bien. Je pouvais boire le savoir qu’on me transmettait. Faire des expériences par moi même me faisait peur, le monde, la vie, et grandir m’inquiétais. Alors marcher derrière eux avait un côté très rassurant. Ce qui m’a le plus manqué c’était de pouvoir me confier à eux. La différence d’âge que l’on avait était la même barrière qu’un enfant a avec un adulte. Malgré cela, je savais que si j’avais besoin d’aide il serait là tous les trois pour moi.

Pour chacun d’eux, j’ai un souvenir précieux que je garde profondément dans mon coeur.

  • Je me souviendrais toujours de ce jour en 1998 où mon frère Manu est sorti du salon, a ouvert la porte d’entrée et il a hurlé à pleins poumons « ON A GAGNE ! ON EST CHAMPIONS ! » La France venait de gagner la coupe du monde de Football. Et Manu était joyeux comme jamais. Bon ça ne m’a pas pour autant convaincu d’aimer le foot !  Oups… Mais c’est un souvenir auquel je tiens énormément, car c’est le seul qu’il me reste de mon frère à la maison.
  • Je pouvais, et je peux toujours, passer des heures à regarder Gaël jouer à Zelda. Ce jeu vidéo qu’il affectionnait plus que les autres. Zelda a fait partie de mon enfance grâce à Gaël et c’est devenu une véritable passion pour moi. (J’en ai 2 tatouages bientôt 3 !)
  • Mes parents avaient décidé d’acheter un super portique à balançoire. Un grand en carré où il avait plein d’activité. Le rêve de tout gamin. Et Gaby s’était mis en tête de m’apprendre à faire de la balançoire toute seule comme une grande. Si je réussissais, il avait promis de m’offrir de la réglisse. Je ne savais pas ce que c’était. D’après la description de mon frère, ça semblait tellement bon, et, en bon estomac sur patte que j’étais, je voulais goûter la réglisse ! J’ai finalement réussi et mon frère a tenu sa promesse. Depuis ce jour la réglisse est devenue mon pêcher mignon.
Dans l’ordre: Manu, Gaël, Gaby et enfin moi.

Comme je l’ai dit, mes frères sont rapidement partis de la maison. Manu et Gaël, puis Gaby. Gaby est resté longtemps chez mes parents et même si je le voyais peu de par son rythme de vie, il me fascinait beaucoup. Il avait de magnifiques dessins d’oiseau qu’il avait faits lui-même, il avait des posters de films que je mourrais d’envie de voir ( le Seigneur des Anneaux par exemple) et sa chambre représentait pour moi la caverne d’Ali Baba. Alors oui je l’avoue j’ai un peu fouillé dans sa chambre… Et j’ai trouvé une gameboy color. Moi qui n’avais jamais pu avoir de console c’était le rêve. Je n’avais plus besoin d’aller chez mon amie pour scouater sa Nintendo 64 et jouer à Zelda, Mario Kart ou Pokemon sur sa DS. Je ne comprenais pas pourquoi ma mère refusait que mon frère me partage ces univers si merveilleux emplis d’elfe, de nain, de magie et de dragons. Ses livres, ses posters, ses jeux, tous me fascinaient. Et donc, je n’ai pas pu bénéficier d’une éducation geek digne de ce nom ! Et même cinématographique ! On pourrait penser qu’avec 3 grands frères j’aurai pu avoir le top du top mais non ! J’ai manqué le Seigneur des Anneaux, Star Wars, le cinquième élément et tant d’autres !  J’aurai pu grandir bercé par tout ça, les jeux de rôles et les jeux vidéos et de bons romans fantastiques ou de science-fiction. Et c’est l’un de mes plus grands regrets. (Mais je ne t’en veux pas maman.) J’ai dû tout découvrir sur le tard par moi même. Ce qui fait que je n’ai toujours pas fini les Star Wars (honte à moi !!!). Par contre, au lycée quand une amie m’a prêté son coffret du Seigneur des anneaux je n’ai pas hésité et je me suis fait les trois d’affilés ! Au grand désespoir de ma mère.

Mon frère a fini par partir de la maison, et je l’ai assez mal vécu. Sa chambre sombre et encombrée était devenue vide et lumineuse. Et je me suis sentie seule comme jamais lorsque c’est arrivé. C’était normal qu’il parte et qu’il construise sa vie. Mais je me suis sentie abandonnée et seule… Et ça a été très dur pour moi de me retrouver seule avec mes parents. J’étais encore au collège et j’avais tant besoin d’un frère ou d’une sœur… Et je n’avais rien. Et à partir de ce moment-là, c’était comme si j’étais enfant unique au quotidien. Je ne sais pas comment font les enfants uniques. Mais je trouve ça vraiment dur d’être seul enfant à la maison. J’avais mes frères, mais de par la distance kilométrique et d’âge c’était comme si j’étais seule.

Mais malgré tout ça, pour rien en monde je ne changerai tout ça. Parce que j’ai les 3 frères exceptionnels.

  • Manu a toujours été, et est toujours, le grand frère taquin et protecteur. Toujours bienveillant et attentionné. Il prend de mes nouvelles, s’inquiète pour moi, surveille de loin ma vie sentimentale et n’hésite pas à me donner des conseils sur la vie en général. Manu c’est la sécurité et le réconfort pour moi.
  • Gaël c’est le comique, toujours prévenant et passionné. Je ne me lasserai jamais de sa façon de me parler de ce qu’il aime. Toujours là à me partager ses découvertes en termes d’animés ou sur Zelda. Il explique toujours les choses de façon simple et posée. Et contrairement à Manu et Gaby il ne cherchait pas à m’embêter ou me taquiner. Ce que j’appréciais grandement chez lui.
  • Gaby c’était « le singe » de par ses cabrioles sportives qu’il faisait tout le temps,bon avec le mariage il s’est bien calmé, mais je garderai toujours cette image de lui grimpant et sautant partout. Et il était aussi le grand frère toujours prêt a embêter sa petite soeur, ce qui est toujours insupportable d’ailleurs :rire:. Mais qui n’a jamais hésité à m’aider et, du fait qu’il est resté plus longtemps à la maison, c’est celui qui m’a appris le plus de choses.

Ma vie n’aurait pas été la même si je n’avais pas eu les trois. Et je les aime tous les trois autant, mais chacun d’une façon unique.

Un commentaire

  • Smou - le petit flocon de neige

    Moooh, très intéressant et je me mets du coup à la place de ma benjamine, qui doit se sentir super seule depuis qu’on est parties de la maison. J’adore le style d’écriture, je t’imagine me parler devant moi. En tout cas c’est très intéressant comme points de vues, je me met à la place de ma petite soeur du coup x) Merci pour ce partage d’expérience <3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.