Just another article,  Souvenirs du passé

Rêve ta vie en couleurs – Partie 1

C’est le secret du bonheur !

A la base, je voulais juste vous parler de ma passion et au final en rédigeant cet article, je me suis rendue compte que j’avais énormément de choses à raconter. De ce fait cet article est découpé en trois parties.

Ma première coloration

Ma première coloration a été faite en 2011 vers la fin de l’été. J’ai fait une couleur brune étant chatain clair, le changement n’était pas excessif et c’était volontaire : je ne voulais pas me faire déchirer par ma mère… Ce sont mes meilleurs copines qui me l’ont faite, il s’agissait d’une coloration du marché qui tient environ 2 semaines. Elles en avaient déjà faites et j’avais très envie d’essayer. Je n’ai malheureusement pas pu retrouver de photos de la couleur mais d’un peu après, quand elle a délavé. Au soleil, j’étais rousse et c’était très sympa, enfin je pense que c’est bien celle de ma première couleur. Pour vous donner une idée, voici une photo de ma couleur naturelle (damn ils étaient long mes cheveux, pourquoi je les ais coupés ?!) et d’après la coloration et délavage de la couleur.
Il faut savoir qu’une couleur ne dure pas, au bout d’un certain moment elle va finir par « délaver ».

Y’a pas à dire, je n’aime pas ma couleur naturelle. Elle est fade, elle n’a aucune personnalité, elle est commune et classique. Je suis une personne assez caractérielle (voir trop d’après certains), j’ai jamais vraiment été comme tout le monde et on m’a souvent traité différemment. Comme je le dis un peu dans mes autres articles, au collège j’étais rejetée. Je me suis souvent retrouvée dans la position d’un extraterrestre, une personne qui n’avait pas sa place ici. Et cela m’a fait beaucoup souffrir car je voulais être comme tout le monde. (Oui, on pourrait débattre longtemps sur ça, ça veut dire quoi être comme tout le monde ? Mais ce n’est pas le sujet)

Au lycée, ce n’était pas la joie non plus mais j’avais des amis et j’ai commencé à m’affirmer, à dire ce que je pense et à tenir ma position. Plus le temps passait, plus j’en avais marre de me taire. Et la coloration m’a fait découvrir que je pouvais devenir cette fille belle, forte que je souhaitais être. Elle me rend unique, original et elle montre que j’ai du caractère et que je nuis pas cette fille comme tout le monde, que je ne me laisse pas faire. Au final, j’ai transformé ce défaut, être un extraterrestre, être différente, en une force. C’est ce qui me démarque. Je ne suis pas comme tout le monde. Je ne plais pas à beaucoup de gens, et ça me blesse souvent mais tant pis, je suis moi et je suis comme ça.

2012 – La fin du monde pour mes cheveux

Sincèrement, je pense que ce qui a fait que j’ai grandement ruiné mes cheveux, c’est que j’ai fait en 1 an ENORMEMENT de colorations. Je suis incapable de savoir combien j’en ai faites (je n’ai pas pris une photo de chacune, et, si oui, je les ai perdues depuis … ). Mais j’en ai fait beaucoup et je suis rapidement passé au coloration semi-permanente du marché. Mauvaise idée. Ces colorations sont TRES mauvaises pour les cheveux. J’ai fait pas mal de brun car c’était discret et au début je n’osais pas trop affirmer de couleurs plus extravagantes. Je me suis essayé à un rouge cerise qui étaient très chouette. Mais je suis vite retourné au brun. Je n’avais pas encore assez confiance en moi pour oser faire plus. On peut voir ça comme le début de ma période rebelle haha. J’ai donc eu une période ou j’alternais entre brun et roux (brun délavé).

Et puis un jour, en vacances avec ma meilleure amie, au magasin, rayon coloration, on s’est dit :

Et si on faisait vraiment du roux ? Genre on décolore et dessus on fait une coloration rousse. Comme ça on aura un beau roux pétant !

Mais oui Camille, quelle bonne idée !
J’entends encore le rire de ton frère qui se moque de nos têtes…

Nous avons donc acheté une décoloration et une coloration rousse. Et nous voilà partie pour la salle de bain. L’avantage d’être à deux c’est qu’elle faisait ma coloration et je lui faisais la sienne. Et c’est bien plus simple que de se la faire soi-même.

La décoloration a très bien pris sur ma tête, je me retrouve blonde comme princesse Peach et, bien que je ne sois pas habitué à voir ma tête comme ça je me dis que c’est sympa. Camille c’était pas trop ça. Elle avait du rouge et elle a décoloré dessus. Ce qui fait qu’elle avait une moitié de cheveux blonds, l’autre d’un rose sale et franchement pas ouf… Donc on a enchainé avec la couleur rousse. Le roux a très bien pris sur la tête à Camille mais sur la mienne une catastrophe. Vous ne le verrez pas sur la photo qui viendra après mais j’avais ma mèche qui était resté blonde. Le roux n’avait pris qu’a quelques endroits. Et le roux … C’était clairement pas celui de nos rêves. Il était flash genre fluo et immonde … Pendant tous le repas du soir, son frère s’est moqué de nous. Je me rappelle que j’ai trouvé ce repas interminable…

Le lendemain, retour au magasin. Je ne sais plus si on avait caché ou pas nos cheveux sous une capuche ou un bonnet mais ça ne m’aurait pas étonné qu’on l’ait fait. On est passé devant le rayon légumes et on a hésité à poser nos têtes aux milieux des carottes, personne n’aurait fait la différence je vous le promet. Enfin, au rayon coloration, Camille opte pour un retour au rouge, c’est bien plus fiable. Pour ma part, je me suis dis qu’au point où j’en étais, autant tester encore un nouveau truc. Je n’avais plus rien à perdre. A part mes cheveux peut être ?! J’ai donc pris du noir. Et franchement le noir sur le blond c’est magnifique car ça donne des reflets bleus nuits aux cheveux c’était MA-GNI-FI-QUE. Manque de bol, 2 jours après la coloration est parti sur un rectangle sur les cheveux. Et j’avais donc un rectangle blond au niveau de la nuque. Et c’est là que j’ai pris la pire décisions de ma vie. J’ai coupé mes cheveux chez le coiffeur. Mais pourquoi j’ai fait ça ? Ils étaient si long ! Je ne les avais jamais eu aussi longs et depuis je ne les ai jamais eu de nouveaux aussi longs… Au désespoir !

Et j’ai refait une coloration noir car on voyait encore un peu au bout des pointes le blond. Mon noir est donc devenu mat et plus le noir brillant bleuté. (On le voit sur les photos uniquement) J’avais tout perdu. Par contre, ça m’allait, je trouve, divinement bien. J’ai d’ailleurs beaucoup de photos de cette période. Ayant les cheveux noirs, je m’étais beaucoup amusé à me prendre en photo avec des styles différents. Je pouvais être qui je voulais et j’aimais ça. Bon, par contre, je suis désolée, à la même époque j’ai découvert Instagram et ses filtres et leur utilisation c’était pas encore ça… (J’ai honte)
Et pour la fête du lycée, j’ai profité d’avoir mes cheveux noirs pour me déguiser en blanche neige. Le noir a clôturé le lycée.

Franchement, j’ai vraiment beaucoup aimé les cheveux noirs. Par contre, quand ça délave et qu’en dessous on a du blond (vu que j’ai décoloré), c’est pas spécialement beau. J’ai essayé de retrouver des photos mais je n’en ai pas trouvé une où on voit clairement la couleur étrange de mes cheveux à ce moment-là. Donc pas question de garder ça et début août 2012 je me refais du rouge. Un rouge simple, rien d’extravagant qui devra être refait à la fin de l’été pour la rentrée.

Et voilà pour cette première partie, j’espère que vous avez appréciez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.